La CGT Bus

Accueil > Actus et tracts > 2015 > décembre 2015 > Un encouragement à la poursuite.
Action du 18 novembre Un encouragement à la poursuite. Avec près de 40% de grévistes sur la journée, les Machinistes-Receveurs peuvent être satisfaits.

Leur journée d’action du 18 novembre est un succès.

Pourtant cette réussite n’allait pas de soit.

Tout d’abord le drame que nous avons vécu vendredi 13 a naturellement bousculé la perception que se faisaient les Machinistes-Receveurs de la journée du mercredi 18 novembre, la proximité de l’évènement en a naturellement détourné certain et c’est bien compréhensible.

D’ailleurs la CGT a consulté les agents qui ont répondu clairement vouloir continuer et les chiffres le démontrent.

Et ce malgré des moyens disproportionnés déployés par les directions dans tous nos dépôts, relayant les exigences de casse du mouvement du plus haut niveau de l’entreprise.

Mensonges, calomnies, fausses informations et rumeurs les plus folles n’ont cessées de circuler, jusqu’aux menaces disciplinaires. Rien n’y a fait le front syndical, malgré quelques perturbations, a maintenu l’unité d’action.

Il faut dire que la puissance de la colère des agents n’a d’égale que la profondeur de leur souffrance et l’envie d’en découdre n’a fait que s’amplifier depuis le jeudi 15 octobre 2015 au dépôt de Thiais où les Machinistes Receveurs ont débuté ce mouvement unitaire qui ne cesse d’augmenter.

Les décisions des Assemblées Générales confirment que l’action au niveau du département Bus n’est qu’une étape pour construire un mouvement qui doit rassembler tous les agents à la RATP.

Un seul bémol à cette journée, l’impossibilité d’en découdre avec le directeur du département que l’« état d’urgence » et l’interdiction de manifester a sauvé de cette confrontation.

Isolement sur ligne, absence de soutiens lors de cette soirée tragique du 13 novembre, ont décuplé le sentiment d’un profond mépris de la part de la direction, chez les Machinistes- Receveurs.

Manque de respect et mépris d’une direction toujours prompte à sanctionner les agents, mauvaises conditions de travail par manque d’effectif (-1300 au département), blocage des salaires et casse de notre protection sociale, sont autant d’ingrédients qui alimentent l’envie, le besoin, de continuer l’action toujours plus nombreux.

Les agents souhaitent aussi démontrer leur attachement à une entreprise publique de service public dont l’utilité ne doit pas être invoquée qu’en situation de crise, mais au quotidien.

Les représentants de la puissance publique, notre direction, doivent comprendre que d’investir dans le service public n’est pas un coût mais est un bien commun essentiel qu’il faut préserver comme vecteur de lien social et une richesse pour notre société.

Pour tout cela, les agents en lutte ce mercredi 18 novembre ont pris la décision dans les Assemblées Générales de déterminer ensemble, syndicats unis et agents de toute la RATP, une nouvelle date d’action et le plus rapidement possible, pour de nouvelles conquêtes sociales.

Paris, le 18 novembre 2015


le 18 novembre 2015 Haut de page Imprimer cet article
   
   
   
ERREUR : Votre E-mail est incorrect ERREUR : Vous devez remplir tous les champs
 
 
Crédits  |   MANIFESTATION LE 26 MAI À PARIS  |   Plan du site