La CGT Bus

Accueil > Campagnes > Salaires, pouvoir d’achat > Dépouillement de carrière
0,4% pour l’ensemble des agents RATP : Dépouillement de carrière 0,4% pour l’ensemble des agents RATP : c’est ce qui restera en terme d’augmentation de salaires, et pour les éventuels protocoles négociés en 2011, dont celui sur le déroulement de carrière des machinistes. Parce que le gouvernement a décidé de limiter l’augmentation de la masse salariale à la RATP à 2,8% (contre 4% en 2009) et que les protocoles en cours en bouffent 2,4%. Pour le reste Mongin, PDG de la RATP, a déjà affirmé qu’il ne voulait pas d’augmentation de salaires. Certains syndicats (comme Judas) auraient déjà la solution : vendre nos acquis sociaux, en particulier la RTT, pour un plat de lentilles.

Que cela puisse créer encore plus de souffrance chez les salariés, ça leur importe peu, alors que nos conditions de travail ne cessent de se dégrader, que les TM sont de plus en plus serrés, que les comptes écarts pèsent sur les agents. Que l’on ait déjà connu une tentative de suicide à BUS, que sur la Ligne B du RER dimanche 30 janvier, à 4h30, un de nos collègues ait été retrouvé pendu dans les locaux de la gare de Sceaux, ça leur importe peu. Même si les nouvelles méthodes de management mises en application actuellement nous entraînent sur les traces de France Télécom, il faudrait courber l’échine encore plus…

Le choix de la lutte...

Des secteurs entiers de la fonction publique sont en lutte aujourd’hui à la fois sur la défense du service public et sur les salaires. Même les CRS, qui sont pourtant les fidèles soutiens des puissants, contestent la politique du gouvernement !

Dans le privé, chez LCL, dans le nettoyage, la plasturgie, la restauration, chez Rockwool, des luttes sont en cours ou ont eu lieu. Elles ont pu déboucher sur des augmentations de salaires jusqu’à 3,8%. Et les machinistes seraient réduits à vendre les conquêtes sociales gagnées par eux, ou nos anciens ?

Pourquoi pas nous !?

Il y a mieux à faire que d’aller au devant des souhaits de la direction qui veut mettre en pièces nos acquis. Il y a mieux à faire que d’accompagner la politique du gouvernement qui asphyxie les services publics, pour mieux préparer leur privatisation.

Le dernier accord sur les salaires a bloqué les augmentations de salaire pendant 3 ans. Cela a donné par exemple, comme résultat une augmentation de salaires de 9,26€ brut par mois en 2007 pour un machiniste BC2 échelon 6 ! Le déroulement de carrière machiniste doit être renégocié et déboucher sur une vraie reconnaissance de notre professionnalisme par un avancement à l’ancienneté. Ça aussi c’est du pouvoir d’achat (voir le tract).

Parce que nous le valons bien !

 [1]


Notes :

[1] ©Photo : photothèque du mouvement social

le 3 février 2011 Haut de page Imprimer cet article
   
   
   
ERREUR : Votre E-mail est incorrect ERREUR : Vous devez remplir tous les champs
 
 
Crédits  |   MANIFESTATION LE 26 MAI À PARIS  |   Plan du site